1 jour, 1 diplômé – Audrey de Grenoble EM

audreyAujourd’hui, nous rencontrons Audrey. Elle nous raconte son parcours à Grenoble Ecole de Management.

Bonjour, peux-tu te présenter rapidement ?

Bonjour, je m’appelle Audrey, j’ai 24 ans, et je serai diplômée de l’ESC Grenoble (GEM) dans la promo 2013.

Peux-tu nous faire part de ton expérience en tant qu’étudiant à Grenoble EM ?

J’ai intégré l’école en 2ème année par le concours des admissions parallèles, alors que j’étais en licence à l’université Paris-Dauphine. Avec Dauphine j’avais eu l’opportunité de faire des études supérieures à la frontière de la Fac et de l’école de commerce. Et j’ai donc finalement sauté le pas.
La vie associative de Grenoble Ecole de Management était vraiment très dynamique. Pour ma part je faisais partie de Roots, une association qui organisait des concerts. Il y avait vraiment des opportunités d’engagements associatifs adaptées à tous. La mienne a été très riche.
L’autre bon point c’est la diversité des parcours possibles durant la scolarité. Entre le choix des cours et les échanges, il y a la possibilité de tracer son propre chemin.

As-tu eu l’occasion de voyager dans le cadre de ton cursus ?

J’avais déjà eu l’occasion d’aller en Chine mais jamais d’y rester suffisamment longtemps pour pouvoir découvrir le pays en profondeur. Tout cela a bien changé grâce à deux expériences faites via l’ESC Grenoble. J’ai effectué un stage de césure de 9 mois à Shanghai entre la 2ème et la 3ème année. Je dis à Shanghai mais mon travail m’a permis de voir la réalité bien au-delà du bund et de ses multiples expatriés. J’ai pu voir un peu plus de la réalité de la vie des chinois. J’ai ensuite profité de l’année d’échange pour aller à Xi’an, également en Chine (là où il y a l’armée en terre cuite).

Quelles ont été tes expériences sur le plan professionnel ?

Durant ce stage de césure à Shanghai je travaillais pour une PME française dans le secteur du vin. Je devais vendre du vin ou faire des animations autour du vin. C’était très proche du terrain et idéal pour se confronter à la réalité d’un autre pays dans un secteur où la France est très reconnue.
Là je vais travailler à Xi’an dans une PME chinoise qui ouvre des cafés.

Merci pour toutes ces infos. As-tu un conseil à laisser aux futurs lycéens, préparationnaires, jeunes étudiants en école ?

Je ne regrette pas d’avoir tenté les concours parallèles. Cela m’a permis d’avoir un parcours riche en expériences. Je pense que cela vaut le coup de tenter sa chance pour ceux qui sont à la FAC même s’il n’est pas toujours simple de concilier sa licence avec la préparation de concours.

Catégories : Paroles de diplômés